Eve Delaneuville

 

Eve De Laneuville

Née à Paris en 1949, Eve Delaneuville a toujours vécu avec un crayon ou un pinceau entre les doigts. Adolescente en vacances à Sarlat elle vendait déjà ses dessins aux touristes. A 20 ans elle intégra un atelier de peintres et sculpteurs italiens et y découvrit la sculpture sur bois : le plus, l'art majeur, l'exigence, n’autorisant pas « l'à peu près », ni droit au repentir contrairement au modelage ou à la peinture. Tournant décisif dans sa vie le maître lui déclare d'un air condescendant et avec son fort accent italien : »Ma ! mademoiselle, la scoulptour ce n'est pas oun travail de femme « . Il n'en fallut pas plus pour que Eve ne se rue Faubourg St Antoine sur la première quincaillerie spécialisée en outils de sculpture où elle se procura son premier trousseau de gouge et son premier maillet. Elle commença donc à sculpter et apprit par elle-même les subtilités et les incivilités du bois face à la main de l'homme. Femme de challenge, elle s'accrocha ferme à cette découverte qui devint l'essentiel, voire la quasi exclusive activité de sa vie pour les 40 années suivantes. Eve Delaneuville a donc vécu de son art pendant toutes ces années, trouvant dans cette forme d'expression une profonde inspiration et, pour le moins, l'intense plaisir que procure une vie de passion. Dès 1970 elle fut attirée par l'époque médiévale s'inspirant des diverses réalisations de l'époque gothique et exposa pour la première fois en 1971, sous le haut parrainage de madame Régine Pernoud, alors Conservateur aux Archives Nationales sur le thème « Études Médiévales » à la Galerie de la Cordée à Paris. S'ensuivit des années de découverte et d'apprentissage de la taille directe. Elle expose enfin en 1979 à Fumel dans le Salon Roger Arnoult où elle obtient le 1er Prix de Sculpture.

Ses parents ayant acheté une propriété à St Antoine de Ficalba, Eve s'installe définitivement dans le Lot & Garonne en 1980. Indépendante, refusant de suivre les diverses tendances de l'art en général, sa créativité l'amène à ouvrir sa galerie personnelle à Pujols dans une belle maison à colombage de 1983 à 1996. Puis, toujours avide de rencontres elle restaure une vieille bâtisse à Cavagnac, dans le Lot près de Soturac et ouvre en 1990 une deuxième galerie connue alors sous le nom de « Galerie de la Dame Blanche », nommée ainsi à cause de la tenancière des lieux, une dame blanche, n'oubliant pas de se faire rappeler au bon souvenir des humains d'en dessous. En 2000, suite à de graves ennuis de santé, elle vendra cette maison pour réintégrer son domicile-atelier de Saint Antoine.

Durant toute ces années, ses connaissances en sculpture l'amenèrent à créer des lignes de fontaines de jardin, de plaques de cheminée, de divers mobiliers urbains pour les fonderies d'art. Elle travaille également en restauration pour les Bâtiments de France, réalise de nombreuses commandes spéciales dans des styles allant du gothique au contemporain avec une maîtrise particulière de l'époque Louis XIV, crée et sculpte de nombreux blasons.

En 1981 elle expose son travail à la Galerie des Merveilles à St Paul de Vence. En 1984 c'est le Salon de Réception des Tapisseries de France à Aubusson, puis le Centre Culturel de Bergerac en 1988 et l'Exposition Départementale du Lot avec les Meilleurs Ouvriers de France qui l'accueillent. En 1989 elle est à La Maison de La Boétie à Sarlat. De 1990 à 1991, elle réalise la décoration et l'entrée du Château du Cayrou à Puy l’Évêque sur le thème « L'Art et le Vin », en 2006 elle obtient le Prix de Sculpture au Salon Arts & Lettres de Guéret, le prix de la Société des Arts de Talence en 2011, 2012 la médaille de Bronze et 2013 le Prix de la Ville de Talence. Elle obtient en 2014 le 2ème Prix de sculpture pour l'ensemble de son travail au Salon de Peinture et Sculpture de Blanquefort. Depuis 2010, Eve Delaneuville expose chaque année dans divers salons régionaux, elle est « Invitée d'Honneur » au Salon « Peintures et Sculptures » de Gornac en Gironde.

Libérée des contraintes liées à son activité professionnelle, elle exprime, depuis, son esprit créatif tout en symboles et messages subliminaux pour le plus grand plaisir des yeux et de l'esprit. Elle découvre l'art du bronze à la cire perdue et décide d'en faire sa récréation entre deux copeaux de bois. Eve se prête alors au modelage de la cire d'abeille, à la création de moules à base d'argile et de crottin de cheval séché, puis vient le moment magique de la coulée aux méthodes ancestrales des bronziers-fondeurs africains et l'émotion de la pièce coulée après la décoche.

Tout cet univers a permis à Eve Delaneuville de donner vie et faire chanter la matière au travers de 45 années de sculpture, une vie d'autodidacte ayant vécu de sa passion, un art majeur, la sculpture en taille directe. Elle vous dira que « Ce n'est pas fini » et qu' »il faudrait plusieurs vies pour accomplir ce que l'on porte en soi ».

 

Atelier-Expo – Pechon – 47340 Saint Antoine de Ficalba – 05 53 41 75 32